Chantal T. Spitz est née à Tahiti en 1954.

Son premier roman L’île des rêves écrasés, premier roman tahitien publié, a été édité en 1991 aux éditions de la Plage (réédition en 2003 aux éditions Au Vent des Îles). Il a été salué en Polynésie française comme un événement à une époque de renaissance culturelle pour son écriture au rythme inspiré par l’oralité.

L’île des rêves écrasés est le premier roman tahitien traduit en anglais. Il a paru aux éditions Huia (Wellington, Te Aotearoa) sous le titre de Island of shattered dreams dans une traduction de Jean Anderson.

En colère contre tous les silences, Chantal T. Spitz participe à l’aventure de la revue littéraire Littérama’ohi débutée en 2001, dont l’un des objectifs est de faire connaître la variété, la richesse et la spécificité des auteurs originaires de la Polynésie française dans leur diversité contemporaine.